Informations

Disproportion dans l'innervation des nerfs crâniens ?

Disproportion dans l'innervation des nerfs crâniens ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'innervation des nerfs crâniens est très disproportionnée pour l'homme. Je ne suis pas sûr de l'avantage d'être innervé par un nerf crânien par rapport à être innervé par des branches nerveuses rachidiennes normales, le cas échéant.

S'il y a un avantage à être innervé par les nerfs crâniens, pourquoi y a-t-il une distribution si largement disproportionnée de ces nerfs crâniens?

Seul le nerf vague (X) innerve des parties autres que la tête de l'animal. Alors qu'il y a 3 nerfs moteurs juste pour les 6 muscles du globe oculaire et les muscles ciliaires (III, IV, VI), il n'y a qu'un seul nerf mixte (X) innervant le cœur, le tractus gastro-intestinal et l'appareil respiratoire et tous les muscles lisses qui s'y trouvent. Bien qu'il existe trois nerfs pour les récepteurs gustatifs, (VII,IX,X), un pour la rétine (II), cochlée et vestibule (VIII) et les récepteurs olfactifs (je) chacun, toute la pléthore d'intero-récepteurs dans les viscères thoraciques et abdominaux, l'arc aortique, le méat auditif externe, la membrane tympanique, etc. sont portés par un seul nerf (X). Je ne sais pas si la disproportion est limitée à la zone d'innervation disproportionnée ou même à la densité d'innervation dans le tissu cible.

Vous trouverez ci-dessous quelques explications possibles que j'ai rencontrées en surfant sur le net, le tout sans arguments solides.

  1. Est-ce à cause de la finesse des sens dans la tête, c'est-à-dire que les récepteurs cutanés de la peau du visage sont plus élevés que dans le corps en général, offrant une résolution plus fine de la réception tactile ? Les sens spéciaux (vision, audition, odorat et dégustation) sont également très fins dans leur résolution et pourraient nécessiter une innervation plus concentrée et une interprétation directe par le cerveau. Mais alors les doigts et les pieds ont également une forte densité de récepteurs cutanés, et le sens tactile peut également être très fin (en raison de plusieurs types de récepteurs différents) nécessitant une innervation dense ? Certains mouvements du corps (en particulier de la main) sont très fins et détaillés, nécessitant un cadre de motoneurones très dense et coordonné.
  2. Est-ce parce que les nerfs crâniens, en raison d'une certaine restriction du développement ou d'un compromis fonctionnel, ne peuvent innerver efficacement que les zones proches de leur lieu d'origine ? Cela pourrait expliquer pourquoi 11 paires de nerfs innervent uniquement la région de la tête et seulement 1 paire innerve le reste du corps. Je n'ai aucune idée de la validité et de la raison de cette réclamation.
  3. Serait-ce juste un résultat évolutif aléatoire, il n'y a absolument aucun avantage de l'innervation crânienne conduisant à une dérive aléatoire des schémas d'innervation ?

Nous pouvons quelque peu exclure la raison 1 car le bout des doigts est également très sensible aux stimuli sensoriels. De plus, l'innervation ne concerne pas uniquement les entrées sensorielles, mais aussi les fonctions motrices, le contrôle viscéral, etc. Tous les nerfs nécessaires à la fonction motrice et une partie importante des nerfs de contrôle viscéral se connectent à la moelle épinière.

Par conséquent, à mon avis, la raison 2 est la plus appropriée, ce qui exclut automatiquement la raison 3. La moelle épinière est une avancée de l'organisation neuronale chez les cordés. La moelle épinière peut être considérée comme un câble central dans lequel toutes les lignes électriques fusionnent (elles conservent toujours leur individualité [les voies vertébrales] ; elles se regroupent simplement pour former un faisceau organisé). L'évolution des réflexes spinaux doit avoir été un événement secondaire.

Le cas du nerf vague et du nerf cranio-accessoire suggère qu'il s'agit d'une ancienne voie de contrôle du cœur. Le cœur avec un système circulatoire fermé se trouve également chez les mollusques. Outre l'importance fonctionnelle du cœur (qui pourrait dans une certaine mesure justifier l'innervation crânienne directe), il est également décemment proximal au cerveau.


Nerfs crâniens

Les nerfs crâniens des reptiles, des oiseaux et des mammifères se composent de douze paires de nerfs périphériques numérotés qui proviennent du cerveau et du tronc cérébral et ont leurs propres voies sensorielles et motrices spécifiques. Les vertébrés inférieurs tels que les poissons et les amphibiens n'en ont que dix paires. Les nerfs crâniens sont des neurones moteurs, sensoriels ou mixtes qui transmettent des messages moteurs et sensoriels au visage, au cou et aux épaules, ainsi qu'à de nombreux organes internes tels que le cœur, les poumons et le tractus gastro-intestinal.


Nerfs crâniens

Les nerfs attachés au cerveau sont les nerfs crâniens, qui sont principalement responsables des fonctions sensorielles et motrices de la tête et du cou (l'un de ces nerfs cible les organes des cavités thoracique et abdominale dans le cadre du système nerveux parasympathique). Il y a douze nerfs crâniens, qui sont désignés CNI à CNXII pour « nerf crânien », en utilisant des chiffres romains de 1 à 12. Ils peuvent être classés comme nerfs sensitifs, nerfs moteurs ou une combinaison des deux, ce qui signifie que les axones de ces nerfs proviennent des ganglions sensoriels externes au crâne ou des noyaux moteurs dans le tronc cérébral. Les axones sensoriels pénètrent dans le cerveau pour se synapser dans un noyau. Les axones moteurs se connectent aux muscles squelettiques de la tête ou du cou. Trois des nerfs sont uniquement composés de fibres sensorielles, cinq sont strictement moteurs et les quatre autres sont des nerfs mixtes.

L'apprentissage des nerfs crâniens est une tradition dans les cours d'anatomie, et les étudiants ont toujours utilisé des dispositifs mnémoniques pour se souvenir des noms des nerfs. Un mnémonique traditionnel est le couplet de rimes « On Old Olympus’ Towering Tops/A Finn And German Viewed Some Hops », dans lequel la première lettre de chaque mot correspond à la première lettre du nom de chaque nerf. Les noms des nerfs ont changé au fil des ans pour refléter l'usage actuel et une dénomination plus précise. Un exercice pour aider à apprendre ce genre d'informations consiste à générer un mnémonique en utilisant des mots qui ont une signification personnelle. Les noms des nerfs crâniens sont répertoriés dans le tableau 13.3 avec une brève description de leur fonction, de leur source (ganglion sensoriel ou noyau moteur) et de leur cible (noyau sensoriel ou muscle squelettique). Ils sont listés ici avec une brève explication de chaque nerf (Figure 13.3.2).

Les nerf olfactif et nerf optique sont respectivement responsables de l'odorat et de la vision. Les nerf oculomoteur est responsable des mouvements oculaires en contrôlant quatre des muscles extraoculaires. Il est également responsable du soulèvement de la paupière supérieure lorsque les yeux sont dirigés vers le haut et de la constriction pupillaire. Les nerf trochléaire et le nerf abducens sont tous deux responsables du mouvement des yeux, mais le font en contrôlant différents muscles extraoculaires. Les nerf trijumeau est responsable des sensations cutanées du visage et contrôlant les muscles de la mastication. Les nerf facial est responsable des muscles impliqués dans les expressions faciales, ainsi qu'une partie du sens du goût et de la production de salive. Les nerf vestibulo-cochléaire est responsable des sens de l'ouïe et de l'équilibre. Les nerf glossopharyngé est responsable du contrôle des muscles de la cavité buccale et du haut de la gorge, ainsi qu'une partie du sens du goût et de la production de salive. Les nerf vague est chargé de contribuer au contrôle homéostatique des organes des cavités thoracique et abdominale supérieure. Les nerf accessoire spinal est responsable du contrôle des muscles du cou, ainsi que des nerfs rachidiens cervicaux. Les nerf hypoglosse est responsable du contrôle des muscles du bas de la gorge et de la langue.

Figure 13.3.2 – Les nerfs crâniens : L'arrangement anatomique des racines des nerfs crâniens observé d'une vue inférieure du cerveau.

Trois des nerfs crâniens contiennent également des fibres autonomes et un quatrième est presque purement un composant du système autonome. Les nerfs oculomoteur, facial et glossopharyngé contiennent des fibres qui entrent en contact avec les ganglions autonomes. Les fibres oculomotrices initient la constriction pupillaire, tandis que les fibres faciales et glossopharyngées initient toutes deux la salivation. Le nerf vague cible principalement les ganglions autonomes des cavités thoracique et abdominale supérieure.

Site Web externe

Visitez ce site pour en savoir plus sur un homme qui se réveille avec un mal de tête et une perte de vision. Son médecin traitant l'a envoyé chez un ophtalmologiste pour traiter la perte de vision. L'ophtalmologiste reconnaît un problème plus important et l'envoie immédiatement aux urgences. Une fois sur place, le patient subit une grande batterie de tests, mais aucune cause précise ne peut être trouvée. Un spécialiste reconnaît que le problème est une méningite, mais la question est de savoir quelle en est la cause à l'origine. Comment cela peut-il être guéri ? La perte de vision provient d'un gonflement autour du nerf optique, qui se présente probablement comme un renflement à l'intérieur de l'œil. Pourquoi le gonflement lié à la méningite va-t-il pousser sur le nerf optique ?

Un autre aspect important des nerfs crâniens qui se prête à un mnémonique est le rôle fonctionnel que joue chaque nerf. Les nerfs appartiennent à l'un des trois groupes de base. Ils sont sensoriels, moteurs ou les deux (voir Tableau 13.3). La phrase « Certains disent se marier avec de l'argent mais mon frère dit que la beauté du cerveau compte davantage » correspond à la fonction de base de chaque nerf. Les premier, deuxième et huitième nerfs sont purement sensoriels : les nerfs olfactif (CNI), optique (CNII) et vestibulocochléaire (CNVIII). Les trois nerfs des mouvements oculaires sont tous moteurs : l'oculomoteur (CNIII), la trochlée (CNIV) et l'abducens (CNVI). Les nerfs rachidien accessoire (CNXI) et hypoglosse (CNXII) sont également strictement moteurs. Le reste des nerfs contient à la fois des fibres sensorielles et motrices. Ce sont les nerfs trijumeau (CNV), facial (CNVII), glossopharyngé (CNIX) et vague (CNX). Les nerfs qui transmettent les deux sont souvent liés les uns aux autres. Les nerfs trijumeau et facial concernent tous deux le visage, l'un concerne les sensations et l'autre les mouvements musculaires. Les nerfs facial et glossopharyngien sont tous deux responsables de la transmission des sensations gustatives, ou gustatives, ainsi que du contrôle des glandes salivaires. Le nerf vague est impliqué dans les réponses viscérales au goût, à savoir le réflexe nauséeux. Ce n'est pas une liste exhaustive de ce que font ces nerfs combinés, mais il existe un fil conducteur entre eux.

Nerfs crâniens (tableau 13.3)
Mnémonique # Nom Fonction (S/M/B) Connexion centrale (noyaux) Connexion périphérique (ganglion ou muscle)
Au je Olfactif Odeur (S) Bulbe olfactif Épithélium olfactif
Vieille II Optique Vision(s) Hypothalamus/thalamus/mésencéphale Rétine (cellules ganglionnaires rétiniennes)
Olympe' III Oculomoteur Mouvements des yeux (M) Noyau oculomoteur Muscles extraoculaires (autres 4), releveur de la paupière supérieure, ganglion ciliaire (autonome)
Imposant IV Trochléaire Mouvements des yeux (M) Noyau trochléaire Muscle oblique supérieur
Hauts V Trijumeau Sensorielle/motrice – visage (B) Noyaux du trijumeau dans le mésencéphale, le pont et la moelle Trijumeau
UNE VI Abducens Mouvements des yeux (M) Noyau abducens Muscle droit latéral
Finlandais VII Visage Moteur – visage, goût (B) Noyau facial, noyau solitaire, noyau salivatoire supérieur Muscles faciaux, Ganglion géniculé, Ganglion ptérygopalatin (autonome)
Et VIII Auditif (Vestibulocochléaire) Audition/équilibre (S) Noyau cochléaire, Noyau vestibulaire/cervelet Ganglion spiral (audition), Ganglion vestibulaire (équilibre)
Allemand IX Glossopharyngé Moteur – Goût de la gorge (B) Noyau solitaire, noyau salivatoire inférieur, noyau ambigu Muscles pharyngés, Ganglion géniculé, Ganglion otique (autonome)
Vu X vague Moteur/sensoriel – viscères (autonomes) (B) Moelle Ganglions terminaux desservant les organes thoraciques et abdominaux supérieurs (cœur et intestin grêle)
Certains XI Accessoire de la colonne vertébrale Moteur – tête et cou (M) Noyau accessoire rachidien Muscles du cou
Houblon XII Hypoglosse Moteur – gorge inférieure (M) Noyau hypoglosse Muscles du larynx et du pharynx inférieur


Nerfs crâniens

Traverse des perforations dans la plaque cribiforme de l'os ethmoïde et se termine dans la partie supérieure de la cavité nasale.

Contient les fibres nerveuses afférentes des neurones récepteurs olfactifs.

Test : café et autres odeurs.

Les nerfs optiques de droite et de gauche se rejoignent pour former le chiasma optique

2. Branche inférieure :
une. droit médial
b. droit inférieur
c. Oblique inférieur

Moteur viscéral : parasympathique aux muscles constricteurs pupillaires et ciliaires

1. Intorsion (Rotation interne)
2. Dépression (principalement en position d'adduction)
3. Abduction (rotation latérale)

Le plus petit en termes de nombre d'axones

Plus grande longueur intracrânienne

Seul nerf crânien qui sort de la face dorsale (arrière) du tronc cérébral

Seul nerf crânien qui innerve un muscle du côté controlatéral depuis son origine

Moteur branchial : muscles de la mastication

Sensoriel général : sensoriel pour la tête/le cou, les sinus, les méninges et la surface externe de la membrane tempanique (toucher, pression, douleur, thermique)

La sensation générale des deux tiers antérieurs de la langue est fournie par les fibres afférentes de la troisième division du cinquième nerf crânien (V-3).

Une lésion du nerf abducteur entraîne une paralysie du muscle droit latéral qui enlève normalement l'œil. L'œil va alors dévier
médialement à la suite de l'action sans opposition du droit médial

Fonctions dans la transmission des sensations gustatives des deux tiers antérieurs de la langue et de la cavité buccale.

Il fournit également des fibres parasympathiques préganglionnaires à plusieurs ganglions de la tête et du cou.

Le nerf facial fournit également des fibres parasympathiques à la glande sous-maxillaire et aux glandes sublinguales pour augmenter le flux de salive.

Il fournit également une innervation parasympathique à la muqueuse nasale et à la glande lacrymale.

Effectuez une évaluation auditive rapide en tenant vos doigts à quelques centimètres de l'oreille du patient et en les frottant doucement l'un contre l'autre ou utilisez une montre analogique.

Tests de Weber et Rinne pour distinguer la surdité de transmission de la surdité neurosensorielle
surdité.

Special Visceral Afferent: papilles gustatives rares sur l'épiglotte

Afférent viscéral général : les muqueuses du palais mou et celles qui tapissent le pharynx, le larynx, l'œsophage et la trachée. Chimiorécepteur
les fibres (GVA également) se terminent dans le corps carotidien où elles surveillent la concentration de dioxyde de carbone dans le sang.

Afférent somatique général : transmettant la douleur, la température et la sensation tactile résident dans le ganglion supérieur et envoient leurs processus périphériques au pavillon, au méat auditif externe, à la peau de l'oreille et à la membrane tympanique.

Efférent viscéral spécial : Les fibres de ces neurones
innervent tous les muscles laryngés et pharyngés à l'exception des muscles stylopharyngé et tenseur du voile du palais.

Efférent viscéral général : Il fournit l'innervation parasympathique aux glandes muqueuses laryngées et à tous les organes thoraciques et à la plupart des organes abdominaux. L'innervation parasympathique diminue la fréquence cardiaque, réduit la sécrétion des glandes surrénales, active le péristaltisme et stimule l'activité glandulaire de divers organes.


Nerfs crâniens

Les nerfs qui proviennent du cerveau sont appelés nerfs crâniens. Dans le corps humain, il existe 12 paires de nerfs crâniens. Parmi ceux-ci, les 1er et 2e nerfs sont connectés au prosencéphale 3e et 4e nerfs au mésencéphale 5e, 6e, 7e et 8e nerfs au pont et 9e. 10e, 11e et 12e nerfs au bulbe rachidien. Certains de ces nerfs tels que les 1er, 2e et 8e nerfs sont purement sensoriels tandis que d'autres tels que les 3e, 4e, 6e, 11e et 12e nerfs sont purement moteurs et les autres, c'est-à-dire les 5e, 6e, 9e et 10e nerfs de type mixte .

1er nerf crânien

On l'appelle aussi nerf olfactif. C'est un nerf purement sensoriel qui transporte la sensation olfactive du récepteur de l'odorat dans le nez au lobe limbique du cerveau. C'est donc le nerf de la sensation olfactive.

2e nerf crânien

Son nom est nerf optique et c'est aussi un nerf sensoriel. Il transporte la sensation visuelle du retiria de l'œil au cerveau.

3e nerf crânien

On l'appelle nerf oculomoteur. C'est un nerf purement moteur. Il contient à la fois des fibres nerveuses de type somatique et autonome. Les fibres somatiques innervent certains muscles oculaires externes et contrôlent ainsi les mouvements du globe oculaire. Les fibres autonomes de ce nerf appartiennent au système parasympathique. Ils innervent les muscles lisses présents dans le globe oculaire, à savoir les muscles ciliaires pour augmenter la courbure du cristallin lors de la vision de près, et les muscles circulaires de l'iris pour la constriction de la pupille.

4e nerf crânien

On l'appelle nerf trochléaire, qui est également un nerf moteur qui innerve certains muscles oculaires externes et contrôle les mouvements oculaires.

5ème nerf crânien

Le 5e nerf crânien est appelé nerf trijumeau. C'est un nerf mixte. Ses fibres sensorielles transportent la sensation de toucher, de pression, de température et de douleur de la cavité buccale, de la cavité nasale, de la cornée et de l'iris des yeux et de la peau du visage jusqu'au cerveau. Ses fibres motrices contrôlent le mouvement des muscles masticateurs et aident à la mastication.

6ème nerf crânien

Il est connu sous le nom de nerf abducens. C'est un nerf moteur qui alimente certains muscles oculaires externes et contrôle les mouvements oculaires.

7e nerf crânien

On l'appelle nerf facial. C'est un nerf mixte. Ses fibres sensorielles transportent la sensation gustative des deux tiers antérieurs de la langue ainsi que les sensations générales de la peau de l'oreille externe. Il contient des fibres motrices somatiques et autonomes. Les fibres motrices somatiques alimentent les muscles du visage et contrôlent les expressions faciales. Les fibres parasympathiques innervent les glandes salivaires (sous-maxillaires et sublinguales) et les glandes lacrymales (lacrymales) ainsi, elles contrôlent la sécrétion de salive et de larmes.

8e nerf crânien

Il est connu sous le nom de nerf auditif ou vestibulo-cochléaire. C'est un nerf purement sensoriel. Il a deux branches, vestibulaire et cochléaire. La branche vestibulaire porte les informations relatives à la rotation de la tête provenant de l'appareil vestibulaire de l'oreille interne. La division cochléaire transporte les sensations auditives de la cochlée de l'oreille interne.

9e nerf crânien

Le 9e nerf crânien est appelé nerf glossopharyngé. C'est un nerf mixte. Sa division sensorielle porte la sensation consciente du goût du tiers postérieur de la langue et la sensation du toucher et de la pression du pharynx. Il véhicule également des sensations inconscientes liées au flux sanguin, provenant du sinus carotidien et des récepteurs du corps carotidien. Sa division motrice est constituée de fibres somatiques et parasympathiques. Les fibres motrices somatiques alimentent les muscles du pharynx et aident à la déglutition. Les fibres parasympathiques contrôlent la sécrétion des glandes salivaires.

10e nerf crânien

Son nom est nerf vague. C'est un nerf mixte et est le plus largement distribué parmi les nerfs crâniens. Les fibres sensorielles du nerf vague sont réparties sur le pharynx, le larynx, l'œsophage et divers organes viscéraux présents dans la poitrine et l'abdomen et transmettent différentes sensations de ces organes. Les fibres motrices du vague sont principalement de type parasympathique et alimentent les muscles et les glandes de divers viscères thoraciques et abdominaux. Ainsi, ce nerf participe à la déglutition, à la production de la voix, aux mouvements du tube digestif, à la sécrétion des sucs digestifs, à l'inhibition du cœur, etc.

11e nerf crânien

On l'appelle nerf spinal accessoire. C'est un nerf moteur ayant une double origine dans la moelle et les cinq ou six segments supérieurs de la moelle épinière. Sa division crânienne contrôle les mouvements du larynx, du pharynx et du palais mou tandis que la division vertébrale contrôle les muscles du cou. Ainsi, il contrôle la production vocale et le mouvement de la tête.

12e nerf crânien

Le 12e nerf crânien est appelé nerf hypoglosse. C'est un nerf moteur qui alimente les muscles volontaires de la langue et contrôle ainsi les mouvements de la langue.


Fonction du nerf trijumeau

La fonction du nerf trijumeau est également divisée en ces trois divisions ou branches, chacune ayant ses propres rôles. La branche nerveuse ophtalmique, ou CN V1, la branche maxillaire (CN V2), et la branche nerveuse mandibulaire, sans surprise appelée CN V3 font tous des choses différentes.

Le nerf trijumeau provient de quatre noyaux ou groupes de cellules nerveuses du SNC qui commencent au mésencéphale et se terminent au bulbe rachidien. Trois de ces noyaux sont sensoriels (les noyaux mésencéphalique, sensoriel principal et spinal). Le quatrième est connu sous le nom de noyau moteur et envoie des nerfs qui aident au mouvement de la mâchoire. Tout ce que vous ressentez sur et dans votre visage, le devant de votre cuir chevelu et les muqueuses de la bouche, du nez et des sinus est dû aux différentes branches du nerf trijumeau.

L'image ci-dessous montre l'épais ganglion du nerf trijumeau à l'extrémité du tronc principal du nerf trijumeau, juste devant l'oreille externe. C'est à partir du ganglion trijumeau que commencent les trois branches ou divisions. Les branches (jaune) et les zones que ces branches desservent sont également représentées - les zones ophtalmique (vert), maxillaire (rose) et mandibulaire (violet).

CNV1 Fonction

La fonction de la branche ophtalmique est sensorielle (afférente) - afférente dans ce cas signifie que des stimuli sensoriels sont envoyés envers le nerf trijumeau. Le nerf de la branche ophtalmique est la plus petite des trois branches mais joue un rôle important.

La branche ophtalmique commence au ganglion du trijumeau - comme toutes les branches du trijumeau - et se divise finalement en trois nerfs plus petits appelés nerf lacrymal, nerf frontal et nerf nasociliaire. Il n'est pas nécessaire de connaître les noms de ces petites branches, mais comme elles ont des fonctions spécifiques, il vaut la peine de les lister en conséquence.

Le nerf lacrymal innerve la glande lacrymale, la paupière supérieure et la conjonctive. Le nerf frontal se divise ensuite en branches supra-orbitaire et supratrochléaire, la première innerve la paupière supérieure, la conjonctive et le cuir chevelu, la seconde la paupière supérieure, la conjonctive et le front. Le nerf nasociliaire se divise en quatre divisions - elles assurent l'innervation sensorielle des muqueuses des sinus et du nez. Enfin, le long nerf nasociliaire envoie des informations sensorielles au cerveau à partir de l'iris, de la cornée et des corps ciliaires qui contrôlent la forme du cristallin (voir image ci-dessous). Bien que certaines sources disent que le nerf ophtalmique dilate les pupilles et produit des larmes, ce sont d'autres fibres nerveuses qui voyagent le long du CN V1 qui remplissent ces fonctions.

CNV2 Fonction

La branche maxillaire (CN V2) permet la sensation dans la région médiane du visage (cavité nasale, sinus et maxillaire). Il a quatre divisions et ces divisions sont également divisées de sorte que tout le visage, ainsi que les membranes du cerveau, sont bien innervés et extrêmement sensibles. Par exemple, les nerfs alvéolaires supérieurs assurent que nous ressentons la douleur inconfortable du mal de dents lorsque les dents de la mâchoire supérieure s'infectent.

CNV3 Fonction

Le nerf mandibulaire ou CN V3 est un nerf mixte composé de fibres motrices efférentes et de fibres sensorielles afférentes qui innervent le bas du visage, le haut du cou, la muqueuse de la cavité buccale et les gencives et les dents de la mâchoire inférieure. Cette branche se divise également, par exemple, en nerfs alvéolaires inférieurs qui innervent les dents de la mâchoire inférieure et, contrairement au nerf alvéolaire supérieur, elle possède également des fibres motrices.

La mastication ou la mastication des aliments implique l'utilisation des muscles puissants qui enveloppent la mandibule et le maxillaire. Les dommages à cette zone du nerf trijumeau peuvent donner une sensation étrange en mangeant et changer complètement la façon dont nous mâchons notre nourriture.

Un exemple de fonction du nerf trijumeau dans la mandibule est l'innervation du muscle ptérygoïdien latéral par l'une des branches motrices de la branche mandibulaire. Vous pouvez tester ce nerf en déplaçant votre mâchoire inférieure vers l'avant pour produire une sous-occlusion, ou ouvrir la bouche uniquement en laissant tomber la mâchoire inférieure. Ce nerf moteur vous permet également de déplacer votre mâchoire d'un côté à l'autre. Un autre exemple de fonction du nerf trijumeau est la branche du nerf sensoriel buccal du nerf mandibulaire qui nous permet de ressentir une sensation sur la joue.


Objectifs-3, BIO 2310, Nerfs crâniens

Sort du crâne par les foramens olfactifs dans la plaque cribriforme de l'ethmoïde.

Fonction : Sensorielle seulement. Odorat.

Sort du crâne par le foramen optique du sphénoïde.

Fonction : Sensorielle seulement. Vision.

Sort du crâne par la fissure orbitaire supérieure du sphénoïde.

Fonction : Nerf mixte. Moteur des muscles oculaires intrinsèques et extrinsèques. Sensorielle pour le sens musculaire (proprioception) de la même zone.

Sort du crâne par la fissure orbitaire supérieure du sphénoïde.

Fonction : Nerf mixte. Moteur aux muscles oculaires extrinsèques. Sensorielle pour le sens musculaire de la même zone.

La branche ophtalmique sort du crâne par la fissure orbitaire supérieure.

La branche maxillaire sort du crâne par le foramen rotundum du sphénoïde.

La branche mandibulaire sort du crâne par le foramen ovale du sphénoïde.

Fonction : Nerf mixte. Muscles moteurs à masticateurs. Sensorielle du visage, du cuir chevelu, des glandes lacrymales, des muqueuses des fosses nasales et de la bouche.

Sort du crâne par la fissure orbitaire supérieure.

Fonction : Nerf mixte. Moteur aux muscles oculaires extrinsèques. Sensorielle pour le sens musculaire de la même zone.

Sort du crâne par le foramen stylomastoïdien de l'os temporal.

Fonction : Nerf mixte. Moteur des muscles de l'expression faciale, de la salivation et du larmoiement. Sensorielle pour le goût et le sens musculaire.

VIII. ACOUSTIQUE = NERVE VESTIBULOCOCHLAIRE

Sort du crâne par le méat auditif interne de l'os temporal.

Fonction : Sensorielle seulement. La branche vestibulaire est sensorielle pour l'équilibre La branche cochléaire est sensorielle pour l'audition.

IX. NERVE GLOSSOPHARYNGÉAL

Sort du crâne par le foramen jugulaire de l'os temporal.

Fonction : Nerf mixte. Moteur à la déglutition et à la salivation. Sensorielle pour le goût de la partie postérieure de la langue et du sens musculaire.

Sort du crâne par le foramen jugulaire.

Fonction : Nerf mixte. Moteur du pharynx, du larynx, des viscères du thorax et de l'abdomen (système nerveux parasympathique). Sensorielle pour le sens musculaire aux mêmes zones et au même goût.

Composé de 2 nerfs crâniens, l'un provient du tronc cérébral, le nerf spinal provient de la moelle épinière cervicale.

Sort du crâne par le foramen jugulaire.

Fonction : Nerf mixte. Moteur des muscles du pharynx et du larynx, et des muscles du mouvement de la tête (Sternocléidomastoïdien, Trapèze). Sensorielle pour le sens musculaire à la même zone.

XII. NERF HYPOGLOSSAL

Sort du crâne par le canal hypoglosse de l'os occipital.

Fonction : Nerf mixte. Moteur à langue. Sensorielle pour le sens musculaire de la langue.


Nerfs de la tête et du cou

Les nerfs de la tête et du cou comprennent les organes les plus vitaux et les plus importants du système nerveux - le cerveau et la moelle épinière - ainsi que les organes des sens spéciaux. De plus, dans cette région, nous trouvons également les principaux nerfs crâniens et rachidiens qui relient le système nerveux central aux organes, à la peau et aux muscles de la tête et du cou. Ces structures travaillent toutes ensemble pour contrôler chaque partie du corps et recevoir des messages sensoriels de l'environnement et des structures internes du corps.

Le cerveau est un organe grisâtre et très alambiqué qui se trouve dans la cavité crânienne du crâne. Continuez à faire défiler pour en savoir plus ci-dessous.

Ressources additionnelles

Explorateur d'anatomie

Changer l'angle de vue actuel

Basculer le système d'anatomie

Terme d'anatomie

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre ebook gratuit : Guide pour maîtriser l'étude de l'anatomie

Nous détestons le spam autant que vous. Désabonnez-vous à tout moment.

  • La base du cerveau qui se connecte à la moelle épinière est le tronc cérébral. Les fonctions cérébrales inférieures liées à la respiration, à la fréquence cardiaque et aux réflexes sont contrôlées par le tronc cérébral.
  • Le cervelet est une masse ronde et ridée de neurones postérieure au tronc cérébral qui contrôle la coordination et l'équilibre.
  • Le diencéphale est supérieur au tronc cérébral, qui contrôle le système endocrinien, transmet les messages vers et depuis les régions supérieures du cerveau et régule les sensations de faim et de soif.
  • La région du cerveau la plus grande, la plus supérieure et la plus fonctionnelle du cerveau est le cerveau. Toutes les fonctions volontaires du corps, ainsi que la mémoire, la créativité et les émotions sont des produits des neurones de la matière grise du cerveau. Un grand pli divise le cerveau en hémisphères gauche et droit, qui surveillent et contrôlent les côtés opposés du corps et maintiennent des fonctions légèrement variées mais parallèles dans le cerveau.

S'étendant à partir de nombreuses régions différentes de la partie inférieure du cerveau, douze paires de nerfs crâniens assurent des connexions directes entre le cerveau et des structures importantes de la tête, du cou et du tronc. Les organes sensoriels de la tête utilisent les nerfs crâniens pour la transmission des signaux, notamment l'odorat (nerf olfactif), la vision (nerfs optiques, oculomoteurs, abducens et trochléaires), le goût (nerfs faciaux et glossopharyngés) et l'ouïe (nerf vestibulo-cochléaire). Les muscles de la tête et du cou sont également contrôlés par divers nerfs crâniens, notamment le nerf facial (expression faciale) et le nerf accessoire (mouvements de la tête et du cou). Se promenant dans le cou et le torse, le nerf vague communique des informations vitales du cerveau au cœur et aux intestins.

La moelle épinière est un tronc nerveux épais qui forme la connexion la plus importante du cerveau avec le corps et transporte tous les signaux vers et depuis le cerveau qui ne sont pas fournis par les nerfs crâniens. Le nerf spinal s'étend de l'extrémité inférieure du tronc cérébral et traverse le foramen magnum du crâne jusqu'au cou. Dans le cou, la moelle épinière traverse les foramens vertébraux des vertèbres cervicales, qui entourent et protègent son délicat tissu nerveux. Huit nerfs rachidiens partent de la moelle épinière dans le cou pour former un réseau de nerfs appelé plexus cervical. Le plexus cervical forme de nombreuses connexions entre le cerveau et la peau et les muscles de la tête et du cou, similaires aux nerfs crâniens. Une connexion vitale du plexus cervical au diaphragme est formée par le nerf phrénique, permettant au cerveau de contrôler la respiration.

Les dommages à n'importe quelle partie de la moelle épinière peuvent entraîner une perte de sensation et/ou de fonction motrice sous la blessure. Cependant, ces blessures sont plus dangereuses au niveau du cou car elles sont susceptibles d'affecter une plus grande partie du corps et sont plus susceptibles de dans la mort. Le résultat fatal des dommages causés à la voie entre le cerveau et le diaphragme est un arrêt respiratoire, une condition où le diaphragme cesse de bouger, échouant ainsi à faire entrer de l'air frais dans les poumons.


Stimulation du nerf vague

La stimulation du nerf vague n'est pas une nouveauté Les manœuvres vagales sont utilisées depuis des siècles pour abaisser la fréquence cardiaque et induire une sensation de relaxation. Les anciens Grecs appelaient l'artère carotide le «site du sommeil» car, à leur insu, le massage de cette zone stimule le nerf vague qui se trouve à côté de l'artère beaucoup plus visible et palpable. Le massage de la région carotide droite diminue la fréquence cardiaque et la pression artérielle. Hippocrate a dit très clairement que chaque médecin devrait être extrêmement habile dans l'art de « frotter ».

Dans le monde médical d'aujourd'hui, le nerf vague est stimulé à l'aide de deux méthodes. Le premier est un groupe d'actions connues sous le nom de manœuvres vagales. La seconde est la stimulation électrique du nerf vague.

Les patients atteints de tachycardie supraventriculaire souffrent d'un trouble du rythme cardiaque associé à une accélération soudaine du rythme cardiaque. Les symptômes sont des palpitations, un essoufflement, des étourdissements et de la transpiration. Bien que les médicaments aident, les patients apprennent également diverses manœuvres vagales comme thérapie de première intention qui peuvent souvent annuler la nécessité d'une visite à l'hôpital. Ces actions incluent tousser, retenir sa respiration et s'éclabousser le visage avec de l'eau glacée. De telles activités augmentent temporairement la pression intrathoracique et, ce faisant, augmentent la pression artérielle. En réaction à cette hypertension artérielle artificielle, le nerf vague se déclenche en ralentissant le cœur, un signal parasympathique qui fait également baisser la pression artérielle. L'eau froide au visage provoque également le réflexe de plongée qui se traduit par un ralentissement du rythme cardiaque, une retenue temporaire de la respiration et la constriction des vaisseaux sanguins périphériques qui augmente l'apport d'oxygène aux organes les plus importants.

D'autres méthodes sont également efficaces. Toucher le fond de la gorge encourage le réflexe nauséeux qui stimule également le nerf vague. Le massage carotidien juste sous l'angle de la mâchoire n'est effectué que chez les patients sans athérosclérose, car la plaque peut se détacher et provoquer un accident vasculaire cérébral. Le massage carotidien exerce une pression immédiate (stimulation) sur le nerf crânien X. Ce traitement ne doit être effectué que par un professionnel de la santé.

La stimulation électrique du nerf vague (VNS) utilise des impulsions électriques appliquées au nerf et celles-ci peuvent être soit appliquées avec un dispositif implanté (voir l'image ci-dessous) soit administrées en tant que thérapie portable et temporaire. Bien que toutes les contributions de revues médicales ne conviennent pas que la stimulation vagale électrique en vaille la peine, de nombreux patients et médecins ont constaté des améliorations pendant et après la VNS dans le traitement de la dépression, de la sclérose en plaques, de l'épilepsie, de la maladie d'Alzheimer, du syndrome métabolique, des troubles cardiovasculaires, de la maladie de Parkinson, de la migraine, acouphènes (bourdonnements dans les oreilles) et céphalées en grappe. Des appareils sans fil plus récents sont en cours de développement pour aider les personnes à se réadapter après un AVC.

Récemment, une étude sur la stimulation transcutanée du nerf vague (tVNS) de l'oreille externe pendant quinze minutes par jour a amélioré la santé cardiovasculaire, l'humeur et le sommeil chez les plus de 55 ans. Mais la stimulation de l'oreille pour obtenir des résultats parasympathiques est loin d'être nouvelle. Les cueilleurs d'oreilles professionnels en Chine utilisent la pression, les diapasons et les méthodes de chatouillement des oreilles depuis des siècles - un passe-temps national en voie de disparition qui a un effet très apaisant.


Nerfs crâniens chez l'homme : origine, distribution de la nature et fonction

Il y a douze paires de nerfs crâniens chez l'homme. Ils sont numérotés par les chiffres romains I à XII. Un nerf crânien naît du cerveau par deux racines, une dorsale et une ventrale.

Ces deux racines ne s'unissent pas mais apparaissent comme des nerfs séparés. Les nerfs crâniens sont généralement médullaires (ayant une gaine de myéline).

Le tableau suivant montre l'origine, la nature et la distribution des nerfs crâniens :

Les fibres nerveuses qui transportent des impulsions ou des sensations ou des stimuli sont de 3 sortes. Ce sont des fibres nerveuses sensorielles, motrices et mixtes. Les fibres nerveuses sensorielles ou afférentes transportent des impulsions ou des sensations des récepteurs comme la peau, les yeux, les oreilles, etc. vers le système nerveux central (cerveau et moelle épinière).

Les fibres nerveuses motrices ou efférentes transportent des impulsions ou des sensations du système nerveux central aux effecteurs comme les muscles et les glandes. Certains nerfs contiennent des fibres sensorielles et motrices et sont donc de type mixte. Toutes les fonctions du corps peuvent être commodément divisées en deux catégories : les fonctions somatiques et les fonctions viscérales.

Les fonctions somatiques sont assurées à l'aide de la paroi corporelle (peau et muscles) et les fonctions viscérales sont assurées par les organes internes comme les glandes digestives, circulatoires, urogénitales, respiratoires ou endocriniennes. En conséquence, le système nerveux a quatre composants fonctionnels et quatre types de nerfs.

(a) Les nerfs sensoriels somatiques transportent les impulsions des récepteurs somatiques tels que la peau, les yeux, le nez, les parois du corps et se connectent au système nerveux central.

(b) Les nerfs moteurs somatiques transportent les impulsions du système nerveux central aux muscles volontaires.

(c) Les nerfs sensitifs viscéraux transportent les sensations des viscères au système nerveux central.

(d) Les nerfs moteurs viscéraux transportent les impulsions du système nerveux central aux muscles involontaires du tube digestif, des glandes et d'autres organes viscéraux.

Il y a 31 paires de nerfs rachidiens chez l'homme - provenant par paires de la moelle épinière. Sur ces 8 paires sont cervicales, 12 paires thoraciques, 5 paires lombaires, 5 paires sacrées et 1 paire nerf coccygien (Fig. 1.14 et 1.16).

Les nerfs spinaux sont de type mixte et naissent par paires de la moelle épinière par deux racines, une racine dorsale et une racine ventrale (Fig. 1.14 et 1.16). La racine dorsale ou sensorielle est constituée de fibres afférentes qui peuvent être sensorielles somatiques ou viscérales, sensorielles. Il porte également un ganglion. La racine ventrale est constituée de fibres efférentes qui peuvent être des fibres motrices somatiques ou motrices viscérales. Ces deux racines s'unissent pour former un nerf spinal qui sort par une petite ouverture entre les vertèbres appelée foramen intervertébral gardé par une glande calcaire blanc argenté appelée glandes de Swammerdam.

Peu de temps après son émergence, le tronc nerveux rachidien se divise immédiatement en trois branches comme suit :

(a) Ramus dorsalis contient des fibres sensorielles somatiques et alimente la peau et les muscles de la paroi dorsale du corps.

(b) Ramus ventralis est le nerf principal épais et contient des fibres motrices somatiques.

(c) Ramus communicans contient des fibres sensorielles viscérales et motrices viscérales et rejoint plus tard le système nerveux autonome et la moelle épinière.



Commentaires:

  1. Chafulumisa

    À merveille, et l'alternative?

  2. Ricadene

    J'y ai pensé et j'ai supprimé cette question

  3. Gogul

    Oui, pas une figue que cela ne semble pas être une considération sérieuse du problème!



Écrire un message